Des produits néfastes pour la santé dans vos cosmétiques

BY IN Les news du Domaine de Tamara Commentaires fermés , , , , , , , , ,

chimieNous voulons vous sensibiliser sur quelques produits néfastes pour la santé et l’environnement, qui sont présents dans énormément de produits cosmétiques. Produits néfastes, que vous ne retrouverez heureusement pas dans nos savons…

L’EDTA

L’EDTA (ou Ethylene Diamino Tetra Acetate). C’est un agent chélateur (procédé  physico-chimique) qui permet de contrôler la stabilité de certains  cosmétiques.

Que lui reproche t-on ? 
Le principal défaut de ce composant est qu’il n’est pas biodégradable et  fixe les métaux lourds. Ce qui en soit est déjà pas mal… Il n’est pas  éliminé par le système d’épuration actuelle et de ce fait, atterrit dans les lacs et rivières pour repartir dans nos eaux dites « potables ».

La  question est : Si ce produit fixe les métaux lourds et que nous le retrouvons dans notre organisme, quel sont les risques ? Nous connaissons les conséquences de certains métaux lourds sur la santé…
La fiche toxicologique de l’INRS (Institut National de Recherche et de Sécurité) signal que ce produit est irritant pour les yeux
Le repérer : Très facilement reconnaissable de part son abréviation EDTA.
Où le trouve t-on ? Dans toutes les catégories de cosmétiques.

Les Phtalates

Les Phtalates sont des dérivés de l’acide phtalique. Ils sont utilisés comme agents  pénétrants de la peau et fixateurs et souvent présents dans les  constituants des « parfums de synthèse ».

Que leur reproche t-on ? 
Ce sont pour certains des perturbateurs endocriniens majeurs concernant la fertilité masculine.
Jusqu’ici, les phtalates était soupçonnés grâce à une étude américaine car des  concentrations très élevés de Dibutyl phtalate (20x plus que la norme)  ont été découvertes dans les urines de 5% des femmes américaines. Ce qui à amené à penser que le risque est accru pour le développement du fœtus  humain. Ces produits sont hautement pénétrants et de part leurs  affinités avec les graisses ont une certaine tendance à s’accumuler  dans les masses graisseuses du corps.
Une étude française récente (mars 2012) a démontré que le DEHP et le MEHP entraînent une perturbation hormonale, en exposant des cellules de testicules humaines à ces produits, une baisse de 30% de la testostérone a été constatée en 24h. Ce qui à engendre une baisse de la production de spermatozoïde…

Voilà pourquoi vous pouvez parfois lire « sans phtalates » sur les étiquettes  car même si le premier domaine d’utilisation de ces produits est  l’industrie plastique, l’industrie cosmétique l’utilise en grosse  quantité.
Il faut savoir que les interdictions sont en cours, la date butoir est le 21 février 2014 pour le DEHP (Diethylhexyl phtalate), le DBP (Phtalate de dibutyl) et le BBP (Phtalate de benzyle et de butyle). Passé cette date, la production,  l’exportation et l’importation de produits en contenant seront interdites.

Le mieux est de vérifier sur les étiquettes…
Les repérer : Butyl benzyl phtalate (BBP), dibutyl phtalate (DBP), diethyl phtalate  (DEP), Dimethyl phtalate (DMP), Dioctyl phtalate (DOP). A condition  qu’ils ne soient pas inclus dans la dénomination « parfum ».
Où les trouve t-on ? Surtout dans les parfums, déodorants, shampoings et les vernis…

Le DHA/BHT

Le BHA (hydroxyanisole butylé) et le BHT (hydroxytoluène butylé) sont des anti-oxydants synthétiques utilisés en  tant que conservateurs. Il résiste à de hautes températures pendant la  fabrication de cosmétiques.

Que leur reproche t-on ?
On suspecte le BHA d’être cancérigène, le CIRC (Centre International de Recherche contre le Cancer) l’a classé en groupe 2b « cancérigène possible chez l’homme ». Il est classé substance prioritaire de catégorie 1 sur la perturbation endocrinienne par la Commission Européenne.
Il est suspecté d’être toxique pour la peau et d’accentuer les réactions allergiques.
En ce qui concerne le BHT, il a été démontré qu’à long terme il provoque des problèmes au foie, à la glande thyroïde et aux reins chez le rat, il nuit au fonctionnement des poumons ainsi qu’à la coagulation du sang.
Il est suspecté d’être aussi un perturbateur endocrinien sur les sujets  mâles en augmentant la production d’œstrogène et de ce fait d’empêcher  celle de la progestérone.

Les repérer : butyl hydroxyanisole et butyl hydroxytoluène.
Où les trouve t-on ? Cosmétiques contenant des corps gras (rouge à lèvres, fond de teint, crème hydratante…) 

Retrouver nos savons naturels saponifiés à froid, à 40% de lait d’ânesse issu de notre élevage ICI.

Comments are closed.